Gardien d'immeuble

Le métier : Gardien d'immeuble


En charge de la surveillance et de l’entretien d’un immeuble ou d’un ensemble d’habitations, le gardien (ou concierge) assure une présence active qui favorise la qualité de vie des habitants. Homme de terrain, doté de sens pratique et de qualités relationnelles, son esprit de service lui sera utile pour répondre à toutes les sollicitations concernant la vie quotidienne des occupants.


Concierge ou gardien d’immeuble ? Les deux noms de métier sont possibles, mais le terme « gardien d’immeuble » tend à s’imposer.

 

Nettoyage, petite maintenance et gestion locative.

Assurer le gardiennage d’un immeuble implique une grande polyvalence :

  • prendre en charge l’entretien au quotidien : nettoyage des halls d’entrée, des escaliers, entretien des vide-ordures, distribution du courrier, petit bricolage dans les parties communes,
  • réaliser une partie de la gestion locative : perception des loyers, traitement des réclamations, réception des entreprises chargées de réaliser des travaux, visite des logements vacants, état des lieux d’entrée.
  • assurer la sécurité des locataires ou des propriétaires : surveillance des abords des bâtiments, identification des risques d’incidents, rappel des réglementations,
  • hygiène et environnement : organisation du nettoyage prenant en compte les lieux sensibles, gestion du tri sélectif,

Premier interlocuteur des locataires.

Le gardien entretient au quotidien un climat positif par sa disponibilité. Se sentir utile et pouvoir rendre des services dans le cadre de sa fonction est un des plaisirs du métier : garder des clés, arroser des plantes, etc., participent à la bonne entente au sein de l’immeuble. Il a un rôle de médiation entre les locataires. Il est aussi à l’interface du bailleur (le propriétaire loueur) et des locataires. Les conflits éventuels peuvent générer un stress ressenti par nombre d’entre eux.

haut de page

Une disponibilité correspondant aux métiers de service.

Le gardien travaille seul, loin de son employeur, et dispose d’autonomie dans son organisation et ses prises d’initiatives. Il peut être ou non logé.

  • s’il est logé, son temps de travail réglementaire est supérieur à 35 H. Il va travailler tous les jours, sauf le samedi après-midi (ou le lundi matin), le dimanche et les jours fériés. Des permanences occasionnelles (soir ou week-end) peuvent se produire. Mais la tentation est grande pour les habitants de s’adresser à lui en dehors de ses heures de travail dès qu’il y a un problème. C’est pour protéger sa vie privée que la tendance n’est plus à le loger sur place.
  • s’il n’est pas logé, son temps de travail est de 35 heures par semaine.

Des limites réglementaires à sa polyvalence.

Le gardien d’immeuble peut être sollicité pour intervenir sur des « petits travaux » de maintenance. Mais la réglementation lui interdit d’intervenir, sans qualification spécifique, sur l’installation électrique, les ascenseurs ou pour des travaux en hauteur sans sécurisation adaptée.

Bonne santé et équilibre personnel.

Manutention de containers, manipulation de produits de nettoyage parfois irritants ou de déchets à risque, travail en hauteur pour des petites réparations, résistance au stress lors de litiges avec des locataires mécontents, autant de situations nécessitant de vérifier son aptitude médicale au métier. Des écarts graves de comportement face à un salarié peuvent conduire au licenciement.

Une diversité d’employeurs en PACA.

Le gardien d’immeuble peut travailler dans le privé comme dans le public.

Dans le public, il a pour employeur : un office d’HLM rattaché à une commune ou à un département, ou bien l’état, une collectivité territoriale pour un domaine appartenant au patrimoine public.

Dans le privé il peut s’agit d’une société anonyme d’HLM, d'un syndic de copropriété, d'une société privée ou bine d’un particulier pour des grandes propriétés (communautés, gîtes, domaines privés).

haut de page
© Métiers en région Provence-Alpes-Côte d'Azur